Comment devenir libre financièrement

Ce que tu découvriras dans cet article :

  • Comment se foirer en beauté
  • Comment éviter d'en arriver là
  • La puissance des intérêts composés
  • 2 exemples de rentes grâces aux intérêts composés
  • Un levier d'investissement méconnu (mais que tu connais si tu a déjà lu nos autres articles)
  • La fiabilité et la rentabilité du Business Flipping
  • La disponibilité temporelle et les compétences nécessaires
  • Où trouver des business à acheter
  • Comment intégrer les réseaux de flippers
  • Comment se faire accompagner pour son premier achat
  • Quel est le meilleur moyen d'investir

 

Si tu lis nos articles, c’est probablement que tu aimerais améliorer ton quotidien, voire… préparer ton avenir ? Dans cet article, on va te parler d’intérêts composés, de liberté financière et de différents moyens de la construire et d’investir… et évidemment, de comment intégrer les réseaux de flippers ! Alors si tu veux devenir libre, tu peux soit assister à cette édition spéciale qui parle de liberté financière, soit t’inscrire ci-dessous !

MARRE DE LIRE DU BLA-BLA (certes, passionnant) ET ENVIE DE CONCRET ?

Bonne nouvelle, tu es prêt.e à récupérer...

*jingle du journal télé*

– Eeeeh… bonsoir Nadège !

– Bonsoir Frédérique !

– Tous les jours, vous observez les cocasseries financières des français, et ce soir vous avez choisi de pointer votre télescope sur Jean René, car il s’est… foiré.

– C’est bien ça ! Figurez-vous que Jean René a 67 ans, et cette année : il est ENFIN retraité. 

– C’est plutôt une chouette nouvelle ça… non ?

– Alors… dans l’absolu oui ! Disons qu’il a le temps. De s’arracher les cheveux qui lui restent principalement.

– Oula, vous y allez un peu fort avec ce pauvre Jean René !

– Ma foi, écoutez plutôt son témoignage,  fraichement recueilli ce matin :

*bourdonnements de micro*             

  « … et là ben, c’est où j’passe la plupart de ma journée vous voyez.

– Mais vous n’avez pas froid ?

– Un peu mais, je prends le chat sur moi et ça va.

– Et qu’avez-vous prévu pour votre retraite ?

– Ben pas grand-chose vous savez, c’est pas avec mes 830€ par mois que j’vais faire le tour du monde.

– 830€ ?! Mais vous arrivez à vivre avec ça ?

– J’ai pas pu trop mettre d’côté donc on fait avec. J’gagnais pas beaucoup plus d’aides avant ma retraite donc on s’en sort pareil qu’avant.

– Oh, vous avez une compagne ?

– Ah non, je parlais de moi et mon chat quoi.

– Ah oui, bien sûr. Mais vous viviez de quoi du coup, je veux dire avant d’être enfin retraité ?

– Boh je faisais une petite mission, pi après j’avais des aides… pi je refaisais une petite mission… mais j’étais jamais très heureux dans mon travail quoi. J’avais souvent des patrons un peu… obtus vous voyez.

– Oui je vois… et vous n’avez jamais voulu changer de métier, peut-être… travailler pour vous plutôt que pour un patron ?

– Ben qu’est-ce que j’aurais pu faire ? Vous savez j’viens pas d’un milieu de grosses têtes moi, on m’a plutôt appris à faire c’qu’on m’dit.

– Hm… Et du coup vous allez rester tranquillement chez vous pour votre retraite ?

– Alors c’pas vraiment chez moi comme je loue (heureusement qu’on a les APL), mais oui c’est l’plan. J’vais m’acheter un poste un peu plus grand pour mieux voir les documentaires et les matchs quand même, j’ai vu qu’il y avait des soldes dans quelques jours. Y’a de super promos vous savez, vous devriez y jeter un œil.

– Merci pour le conseil Jean René. Je ne vais pas vous embêter plus longtemps, bonne après-midi !

– Oh mais vous ne m’embêtez pas, vous voulez rester boire le… »

*bourdonnements de micro*   

– … effectivement Nadège, on peut parler d’un beau foirage.

– Je ne vous le fais pas dire Frédérique.

– Mais… Comment faire pour éviter ce genre de situation ? Avez-vous des conseils à donner à tous les français et françaises qui nous écoutent ?

– Oui bien sûr ! L’idéal pour éviter de passer une retraite en tête à tête forcé avec sa télé (outre le fait de ne pas en avoir) c’est d’acquérir une liberté financière, de se construire un patrimoine qui vous permette de vous faire plaisir (et de faire plaisir si vous n’êtes pas seul au monde comme Jean René).

– Mais comment on fait comme on gagne très peu, comme ce pauvre Jean René ?

– Jean René gagne moins que le SMIC, et vit globalement grâce aux aides de l’état. L’idéal dans son cas aurait probablement été de trouver un job qui lui plaise et de réussir à faire son trou, pour pouvoir épargner tous les mois et investir pendant des années. Evidemment en gagnant moins de 1000€ par mois c’est difficile de mettre de côté, et on ne va pas réécrire sa vie. Mais imaginons… Vous connaissez les intérêts composés ?

– Vaguement, mais un petit rappel ne fera pas de mal.

– En gros, c’est le fait que quand vous investissez, par exemple en bourse, vos intérêts (ce que vous gagnez chaque mois) se cumulent à votre apport initial et sont utilisés pour calculer vos intérêts du mois suivant. Par exemple si Jean René avait investi 1000€ il y a 30 ans dans le CAC40 et qu’il avait ensuite rajouté 200€ tous les mois pendant 30 ans avec un taux d’intérêt de 7% (un peu moins que le rendement moyen du CAC40 les 30 dernières années), il aurait gagné… 179 110€ d’intérêts, et aurait accumulé… 252 110€ de placement.

– Ah oui, ça change tout de suite les possibilités de retraite.

– Clairement. Et là je parle juste de 200€ par mois avec un apport initial très faible. S’il avait eu un apport initial de 20 000€ (par exemple en héritant) et qu’il avait rajouté 600€ par mois (en ayant eu un travail un peu plus stable et en ayant gravi les échelons), il aurait pu accumuler… 658 312€ d’intérêts pour un placement total… de 894 312€.

– Mais… avec la chute récente des cours de la bourse, si un jeune investissait avec les mêmes apports initiaux et mensuels, il pourrait espérer les mêmes chiffres ?

La bourse est plutôt fiable sur du long terme si on investit sur des indices solides, et ce malgré les hausses et les baisses parfois impressionnantes à notre échelle. Mais vous avez raison, on ne peut pas prédire son cours. Et puis si on a besoin de liquidités rapidement, c’est quand même risqué et assez inadapté : si on retire quand les cours ont chuté, on risque de perdre énormément. A priori, c’est plutôt un investissement de type « père de famille » qui veut se créer un patrimoine pour ses vieux jours ou pour transmettre à ses enfants, et mieux vaut y mettre de l’argent non « vital ».

– C’est-à-dire ? De l’argent dont on n’a pas besoin ? M’enfin, qui n’a pas besoin d’argent ?

– Disons de l’argent qui ne vous servira pas à manger ni à payer votre loyer et vos charges fixes. Mon boss, Bertrand Millet, a investi en bourse seulement quand il avait vraiment de l’argent dont il ne savait pas quoi faire… Et il a bien fait car avec la guerre en Ukraine, il a perdu l’équivalent de 2 millions d’euros en quelques semaines.

– Outch ! Mais du coup, il avait d’autres investissements sous le coude ?

– Tout à fait ! Mais ni en immobilier, ni en NFT, et à peine 500€ en cryptos.

– Il est team voitures de collection, rolex et grands crus ?

– Pas du tout. D’ailleurs, il n’a pas de voiture. Son truc à lui, c’est le Business Flipping. Et il ne jure QUE par ça.

– … jamais entendu parler.

– Normal, c’est assez méconnu comme concept. Ça dérive du House Flipping, le fait d’acheter un logement à bas prix, le retaper et faire une plus-value à la revente. Le Business Flipping c’est pareil mais… avec des business. C’est donc le fait d’acheter un business sous-évalué et/ou sous performant, de le booster, puis de le revendre plus cher.

– OK, mais… il faut être businessman comme Bertrand du coup ? Je veux dire, tout le monde ne pas s’offrir un business !

– Ah ah non inutile d’être businessman, tout comme vous n’avez pas besoin d’être architecte pour retaper un logement. Et en vérité, un business peut être bien plus accessible qu’un logement pour le coup. Il y en a à tous les prix ! Bertrand en a déjà acheté pour 1€ symbolique et vise ceux entre 5 000 et 40 000€.

– Ça fait déjà une belle somme malgré tout !

– On peut souvent payer en plusieurs fois, ou payer une partie une fois les premières ventes encaissées. C’est vraiment accessible.

– OK, mais est-ce que c’est fiable et rentable sur du court terme ?

– Bien plus que d’autres formes d’investissements si c’est bien fait. Les NFT et les cryptos peuvent être ultra rentables mais c’est… vraiment risqué. C’est le principe de la volatilité des cours : on peut gagner beaucoup mais aussi perdre beaucoup ! Au même titre qu’en investissant dans des start up ou des projets inédits via la bourse ceci dit.

– Et si c’est… « mal fait » ?

– Évidemment si on achète un business en pif sans s’y connaitre et en investissant 100% de notre capital, on court à la catastrophe… au même titre qu’avec d’autres formes d’investissement ceci dit. L’idée est de se faire bien entourer pour débuter, ce qui assure de ne pas y consacrer plus d’énergie ou de temps que de raison, et d’obtenir des gains rapidement.

– À ce sujet, quelles compétences sont nécessaires ? Et est-ce qu’on peut gérer un business tout en travaillant à côté, ou en ayant des enfants à gérer ?

– Pour ces deux questions, tout dépend de votre apport financier ET de vos envies : si vous avez envie de gérer le business et/ou que vous avez peu d’apport, il sera probablement nécessaire de mettre un peu la main à la pâte, de faire quelques réglages sur wordpress, de gérer les publicités facebook ou google… Mais si vous avez l’envie et/ou la possibilité de tout déléguer, vous pouvez gérer de loin, moyennant quelques minutes par mois de discussion avec vos prestataires.  Dans les deux cas, inutile de démissionner ou d’abandonner vos enfants (désolée pour ceux qui voulaient un argument).

– Super, ça donne envie ! Mais je me demandais, où trouver ces business à racheter ? Parce qu’à part des boites comme Instagram (racheté par Facebook) je n’ai pas trop d’histoire en tête, et je doute que ce type de business soit à vendre en dessous de 40 000€…

TU VEUX TROUVER TON PREMIER BUSINESS à ACHETER ?

Alors bonne nouvelle, tu es prêt.e à récupérer...

– Effectivement, on compte plutôt en millions d’euros, et à vrai dire ce n’est pas tant que Business Flipping que du repreneuriat (le fait de racheter une entreprise pour en être à sa tête, pas dans une optique d’exploitation rapide puis de revente, mais de gestion).
En fait, l’achat-revente de business en ligne, ça n’existe que depuis que c’est devenu très facile de se lancer sur le web. Le business s’est amateurisé en France après la loi Breton de 2005 (qui supprime le besoin d’un capital pour lancer sa société), la création du statut d’auto entrepreneur en 2009 et l’essor du web ces dernières années. Avec l’arrivée de chat GPT et cie, tout s’accélère !
Sur le papier ? C’est le rêve, la liberté, l’accès à la richesse pour tous… Dans les faits ? 92% des business qui sont lancés sur le web s’écroulent chaque année. En gros ? Il y a plus d’appelés que d’élus, et pas mal de projets avortés sur le bord de la route, qu’on peut ramasser en tant que Business Flippers.

– Oui enfin on est bien d’accord que ce n’est pas en se promenant dans les bois qu’on va cueillir des business…

– Certes, mais il y a bien plus d’opportunités qu’on ne peut imaginer ! Déjà parce que c’est un peu comme pour trouver un boulot : 70% des offres d’emploi sont pourvues en interne et ne sont jamais publiées en ligne. Pour le Business Flipping, c’est pareil ! Beaucoup d’offres transitent uniquement par les réseaux des vendeurs. Sans compter TOUS les business abandonnés dont les gérants n’ont même pas idée qu’ils pourraient les revendre plutôt que de les laisser en vrac ou de galérer avec sans jamais réussir à en vivre. C’est clairement un autre sport que d’aller aux champignons : les opportunités sont légion, et mieux vaut rejoindre un réseau et échanger ses bons plans pour que le bouche à oreille fonctionne.

– Hm je vois… et comment accéder à ces réseaux ? Je veux dire, trouver un pro des champignons c’est déjà pas évident, alors trouver un expert du Business Flipping quand on ignorait ce que c’était il y a quelques heures, ça semble… peu probable.

(Petit conseil : ne ramassez pas ces business)

– Très juste, en France on assiste aux prémices donc les experts ne se bousculent pas. Je peux vous citer Bertrand Millet, qui fait du business depuis plus de 20 ans et qui vit du Business Flipping depuis quelques années déjà. Il conseille, forme, et propose même un accompagnement pour l’achat de votre premier business via un audit téléphonique.

– C’est rassurant comme plan ! Et où peut-on prendre RDV avec lui ?

– Le plus simple est de passer par ICI pour obtenir ses conseils, et potentiellement aboutir à un audit téléphonique si vous souhaitez flipper des business en sécurité !

– OK, donc en résumé si on veut investir rapidement, quel que soit notre budget et de manière fiable, le Business Flipping est une solution à prendre sérieusement en compte ?

– Tout à fait ! Et ça peut permettre de vraiment y passer peu de temps également, ce qui est quand même rarement le cas dans l’immobilier sauf gros apport (auquel cas on peut tout déléguer). Concernant l’aspect « rapide », certains me diront que les cryptos ou les NFT leur ont permis de s’enrichir très rapidement également. Mais il n’y a qu’à voir les récentes baisses drastiques des cours pour constater la volatilité de ces sources d’investissement, qui ont également ruiné certains investisseurs !

– Mais du coup ça serait LE meilleur moyen d’investir selon vous ?

– Alors on a tous nos préférences et nos zones de génie : si vous êtes une reine du marteau et que vous adorez bricoler, peut-être que vous prendrez plus de plaisir à retaper un logement. Ou bien si vous héritez d’un bien immobilier, peut-être aurez-vous envie d’en faire quelque chose avant de le vendre plutôt que de le revendre en état (pour racheter un business par exemple !). Dans tous les cas, il est essentiel de bien cerner son profil et ses intentions, le risque qu’on est prêt à prendre, le temps et l’énergie qu’on souhaite investir, et l’aspect urgent ou non de pouvoir retirer ses parts.

– Oui, comme la bourse par exemple où il vaut mieux ne pas être pressé.

– Exact. Quel que soit votre choix d’investissement, vous savez quoi faire pour ne pas foirer votre retraite au même titre que Jean René ! Et puis si vous voulez partir en retraite avant 74 ans, c’est peut-être le moment de vous construire un patrimoine pour être libre financièrement et pouvoir partir quand vous en aurez envie plutôt que quand vous serez en déambulateur.

– Eh bien sur cette note si positive, je vous remercie pour vos conseils pointus Nadège. Au plaisir !

– Merci à vous pour l’accueil Frédérique, et n’oubliez pas : bichonnez vos projets de vie, et… ne vous foirez pas.

(Barnabé a bien suivi les conseils de Bertrand et vit à présent sa best life)

J’espère que tu as pris des notes, car si tu veux profiter de ta retraite plus que Jean René (ou ne pas partir en retraite à 74 ans), je crois qu’il y a quelques idées à garder au chaud ! Comme tu l’as vu, le busines flipping n’est pas le seul levier d’investissement possible mais… C’est celui qu’on te conseille sans hésiter une seconde ! Alors si tu veux avoir plus d’infos et/ou te faire accompagner pour éviter de foirer ta vie, tu peux t’inscrire juste ici !

C’était Nadège, en direct du Business Flipping Club

Ce qu'il faut retenir :

  • Acquérir une liberté financière et se construire un patrimoine sont de bonnes idées pour passer une retraite sympatoche
  • Il est possible de le faire même en gagnant peu, grâce aux intérêts composés (le fait que nos intérêts se cumulent à l'apport initial et sont utilisés pour calculer les intérêts du mois suivant)
  • La bourse est plutôt fiable sur du long terme si on investit sur des indices solides, mais nécessite une vision long terme
  • Acheter un business peut être bien plus accessible qu'acheter un logement
  • On peut gérer un ou plusieurs business en parallèle d'une carrière dense et d'une vie de famille
  • L'amateurisation du business augmente le nombre de business qui se foirent (et donc à racheter)
  • Beaucoup d'offres d'achat/revente transitent uniquement par les réseaux internes (donc mieux vaut en rejoindre un plutôt que de tenter solo)
  • Le Business Flipping est une solution à prendre sérieusement en compte si on veut investir rapidement, même avec un petit budget
  • Il est essentiel de bien cerner son profil et ses intentions, le risque qu'on est prêt à prendre, le temps et l'énergie qu'on souhaite investir, et l'aspect urgent ou non de pouvoir retirer ses parts

MARRE DE LIRE DU BLA-BLA (certes, passionnant) ET ENVIE DE CONCRET ?

Bonne nouvelle, tu es prêt.e à récupérer...

>